Ghost Stories

Bienvenue dans ces lieux maudits...
AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 Nahi [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Nahi [Terminé]   Sam 11 Avr - 20:35



I- Identité


  • Nom : Mörseinn
  • Prénom : Naheli
  • Surnom : Nahi

  • Age : 19 ans

  • Camp : Neutre. En faveur de ce qui lui apportera le meilleur confort de vie.
  • Origine : Abellion

  • Race : Hybride. Ou plutôt, hybride d'hybride, quelque chose comme 25% d'hybride chat, le reste supposé humain jusqu'à plus ample informé.
  • Relations : Il y a beau temps qu'elle a coupé les ponts avec ses parents et sa famille en général. Elle revoit de temps en temps ses petites soeurs, des jumelles, plus par hasard que par réelle volonté.

  • Profession : Maraudeuse, exécutrice. Et prostituée, pour la couverture.
  • Maître/apprenti de : Personne.

  • Animal familier : Elle même ?


II- Apparence physique


  • Physique : Contrairement à certains hybrides, la nature animale de Nahi n'est pas visible au premier abord. Du moins, pas au sens strictement physique, cependant quelques détails ne manqueront pas d'échapper à un observateur un peu plus attentif. Non, la jeune femme n'est pas couverte de fourrure, et elle a même échappé aux oreilles de chat assez courante dans son espèce, en revanche elle ne peut se défaire de ses griffes rétractiles, un peu trop étroites pour passer pour des ongles, ainsi que des dents fines et pointues, avec des canines un peu trop pointues pour être humaines. Dernier attribut physique qui tend à la trahir : ses yeux. D'abord, on a rarement vu cette nuance d'or sombre tirant sur le vert chez un humain de lignée pure, mais surtout ses pupilles s'allongent en fente quand elle est en pleine lumière et tendent de plus en plus à un cercle plus conventionnel quand la luminosité diminue. Grâce à ceci, elle voit beaucoup mieux qu'un humain dans la pénombre.
    Bien, nous en avons fini avec l'animal, passons à l'humain. La jeune femme possède, au bout de ses griffes, des pieds étonnamment petits, rattachés par des chevilles fines à de longues jambes élancées. Au galbe du mollet et à la fermeté de la cuisse on ne peut pas s'y tromper : les courbes de ces jambes ne sont pas seulement dûes au métier, mais en grande partie à la course. Et pourtant sous forme humaine, vous verrez rarement Nahi courir plus de quelques dizaines de mètres : sa musculature vient de ses virées sous forme animale. Poursuivons. On vous passera les détails sur des fesses musclées et une aine qui en a accueilli plus d'un (si ça vous intéresse, vous savez à qui vous adresser...) pour passer à son ventre. Sans doute la partie la moins musclée de son corps : pas de graisse, loin de là, mais il vous faudra chercher un bon moment pour entrevoir quoi que ce soit qui ressemblerait à des abdominaux. A l'inverse, la musculature dorsale de la jeune femme est bien plus marquée que chez la plupart des humains; pas de secret, la course à quatre pattes à une forte tendance à négliger le ventre et à faire travailler les dorsaux. Essayez, vous verrez.
    A l'image de ses jambes, les bras de Nahi sont minces mais musclés, ses mains sont fines, nerveuses et elle a tendance à mimer un mouvement de griffure, presque sans s'en rendre compte, quand elle est opressée. Au dessus d'une poitrine menue, juste à la naissance du cou se trouve une tache de naissance blanche, comme une bouffée de fumée, mais la jeune femme la cache le plus souvent avec du maquillage ou simplement ses cheveux. Au dessus de sa gorge, on trouvera un menton arrondi, une bouche charnue qui ne se plie que rarement en un sourire de joie, plus souvent sous l'effet d'une humeur un tantinet sadique ou d'une grimace de colère. De toutes façons, l'agencement de ses dents qui ressemblent à des crocs tend à rendre n'importe lequel de ses sourires un peu trop carnassier pour être innocent. Encore au dessus, voilà un petit nez, très légèrement en trompette, puis deux grands yeux dorés aux reflets verts. En plein jour, Nahi ne les ouvre pas grands, pour protéger sa rétine sensible, et aussi éviter de causer un choc à quelqu'un qui l'observerait : ces yeux, quelle que soit leur origine, ne sont clairement pas humains. Nous finiront ce portrait par des sourcils fins et foncés, un front encore vierge de rides, et enfin de longs cheveux d'un noir de jais. Lisses, tombant dans le milieu de son dos, Nahi ne les attache jamais mais les noue parfois en tresses, du moins en partie. Ils ne s'emmêlent presque jamais, et pourraient vous donner, rien qu'à les voir, une irrésistible envie d'y glisser les doigts. Résidu de la tentation presque insolente de la fourrure noire et fournie qu'elle possède étant chat, peut on supposer.
    Si son physique ne la range pas tout de suite parmis les hybrides, il suffit de voir la jeune fille se déplacer, surtout quand elle se sent traquée ou qu'elle même suit quelqu'un, pour avoir la puce à l'oreille. La démarche souple, silencieuse au point de faire peur parfois, quand elle se fait discrète, Nahi n'avance pas, on dirait qu'elle coule tant ses pas semblent ne pas perturber son environnement. Si quelque chose fait mine de l'attaquer cependant, la souplesse tranquille de son déplacement est remplacée par des mouvements qui, s'ils sont toujours fluides, deviennent d'une rapidité stupéfiante.
    Pour ce qui est de l'habillement, Nahi aime être libre de ses mouvements. Il s'ensuit qu'elle porte soit des pantalons près du corps, soit des robes ou jupes larges, soit enfin des robes/jupes sufisamment courtes pour la laisser bouger correctement. Petit inconvénient : quand elle passe de sa forme animale à sa forme humaine, ses habits ne suivent pas forcément...

  • Signe(s) particulier(s) : Une tache de naissance à la base du cou en forme de diamant arrondi. Peu visible sous forme "humaine" (d'autant qu'elle la cache de son mieux), elle devient une tache blanche éclatant sur la fourure noire quand Nahi devient chat.


III- Profil psychologique


  • Caractère : Nahi tend à être méfiante. Envers tout et n'importe qui. Il ne vous sera certainement pas facile de gagner sa confiance, d'autant qu'elle est d'un naturel solitaire. D'ailleurs, arrêtez moi si je me trompe, mais je ne lui connais pas d'amis, pas le moindre... Oh, elle en a eu bien sur, elle a déjà fait confiance, mais cette confiance accordée peut être trop vite a été déçue, trahie. Si Nahi se méfie des gens, c'est qu'elle ne veut pas souffrir. Son isolement se résume à la peur d'être blessée, et ce sont toujours les plus proches de nous qui font le plus mal quand ils trahissent. Nahi s'est donc construit, autour de ce noyau bien trop "humain", bien trop sensible à son gout, une armure de fer et de glace. Bien malin qui devinerait l'existence d'un coeur là dessous. En fait la seule chose que la jeune femme voit dans les amis, c'est leur capacité à la trahir. Pas question de laisser quelqu'un s'introduire sous son armure, elle se sentirait bien trop vulnérable, trop nue. Alors quand elle sent que quelqu'un commence à devenir plus proche d'elle qu'elle ne le juge désirable, elle devient plus froide, plus méchante que jamais, même si ça n'est pas sa vraie personalité. Personne, plus jamais, ne doit la toucher profondément, lui faire le mal que seul la confiance trahie peut faire.
    Enfin, assez insisté. Si c'est le plus marquant, bien que pas forcément le plus visible, de sa personnalité, Nahi n'est pas que ça. Je ne peux pas vraiment vous parler de ce qu'il y a sous l'armure, d'ailleurs je ne crois pas que quiconque encore en vie le puisse aujourd'hui, mais il y a encore à explorer ne serait-ce que dans la périphérie. Nahi est maraudeuse. Exécutrice, pour être plus précis, à savoir que son rôle est de liquider les traitres. Elle n'a pas de mal à le faire, principalement parce qu'elle ne s'attache à personne et qu'elle considère sans doute la trahison comme la chose la plus basse et mesquine qu'on puisse faire. Maintenant, de là à dire qu'elle y prend plaisir... Bon d'accord. Peut être un petit peu. Peut être un tout petit instinct sadique. Ou bien la satisfaction de la vengeance, la soif de sang assouvie. Ou simplement la plénitude du travail bien fait. Quoi qu'il en soit, ce léger plaisir ne justifierais nullement le crime en lui même, Nahi ne tue que parce qu'on le lui demande, parce que quelqu'un a trahi, et c'est en partie pour celà qu'elle a été choisie : ceux qui aiment trop le sang tuent sans raison et finissent par se faire repérer. Son instinct de chat, assez présent malgré le métissage, la pousse à s'amuser un peu avec ses "proies", mais elle le réfrène tant bien que mal quand il risquerait de la faire échouer.
    Mais non, ça n'est pas un monstre, arrêtez de la regarder comme ça ! Nahi a aussi des plaisirs très sains comme la peinture, elle adore se défouler en jetant des couleurs sur une toile. Et ça donne souvent quelque chose de pas mal, bien qu'elle donne plutôt dans l'abstrait. Mais elle garde jalousement ses oeuvres. C'est trop intime, ce serait autoriser quelqu'un à entrer dans son jardin secret. Elle n'a jamais envisagé de les vendre, de devenir une artiste reconnue... Non, ce serait une position bien trop en vue, tout juste bonne à la radier de la Guilde de gré ou de force.
    Avec les hommes, comme avec le reste, Nahi reste presque toujours froide, distante. Un véritable iceberg. Sauf bien sur quand le travail le demande. Elle possède des talents de comédienne pas trop mauvais pour ces circonstances exceptionnelles. Ah et puis, il arrive aussi qu'elle ait... quelque chose qui se rapproche plus des chaleurs d'une chatte que du désir humain. Elle est assez peu controlable dans ces périodes, heureusement assez brèves, et coucherais avec à peu près n'importe qui quand elles sont vraiment intenses. Ceci dit, ça ne dépasse jamais le plan purement physique : personne sous l'armure, on vous dit.

  • Passions/loisirs : La peinture. Malgré quelques sculptures à l'occasion, la thérébentine reste le poison préféré de Nahi. Elle dessine plutôt bien mais donne souvent dans l'abstrait, et garde jalousement ses toiles.

  • Phobies/cauchemard : L'enfermement. Elle n'est pas claustrophobe a proprement parler mais a besoin de bouger, tourner en rond trop longtemps dans une pièce la rend nerveuse.
  • Rêve: Un prince charmant peut être ? Nahi n'y croit pas trop, mais après tout qui sait ? Ceci dit si le prince charmant en question apparait un peu trop brusquement, il pourrait se retrouver dans un sale état avant même d'avoir pu se présenter comme tel.

  • Manies : Quand elle est perplexe ou quand elle vient/tente d'éviter de laisser échapper quelque chose qu'elle n'aurait pas dû, Nahi ne peut s'empêcher de se mordre la lèvre inférieure. Quand elle se sent opressée, ses phalanges se contractent, mimant une griffure, et quand elle se sent bien, en sécurité, ce mouvement se fait doux, presque une caresse, accompagnée d'un son de gorge très bas, presque inaudible qui ressemble à un... ronronnement. Ceci dit c'est si rare que les quelques chanceux à l'avoir remarqué se comptent sur les doigts d'une main.


Dernière édition par Nahi le Dim 12 Avr - 19:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nahi [Terminé]   Dim 12 Avr - 19:50

IV- Histoire


  • Passé : Alors, où commencer ? Au début, je suppose que c'est encore le mieux. Au début était le sang. Au début, je suppose que vous le savez tous, il y a le sang de la mère, les cris du petit, aussi bien chez les humains que chez les chats. Voilà comment est née Nahi. Comme vous tous, à peu près. Mehoni, la mère, accouchait, seule sur sa couche. Malgré l'insistance du père, elle avait catégoriquement refusé qu'il assiste à la naissance de sa fille. Hors de question. L'instinct de chat qui refaisait surface peut être ? Quiconque approchait de la mère était renvoyé avec force regards assassins, et si elle l'avait pu, elle se serait levée pour les forcer à rester dehors. Tout se passait bien. C'était sa première, et, bientôt, elle n'eut plus mal. Le bébé, aussitôt qu'il le put, hurla de toute la force de ses poumons tout neufs : comment, on osait le sortir de cet antre confortable où il était parfaitement à son aise pour le jeter dans un monde froid et hostile ? C'était tout bonnement inadmissible. Ce qui ne s'appelait pas encore Nahi exigeait de retourner de là d'où elle venait.
    Mais le monde en avait depuis longtemps décidé autrement. Les bébés sont faits pour affronter le monde froid et hostile, et laisser le ventre de leur mère à un prochain malheureux qui n'aura lui non plus pas le choix.
    Peut être était-ce un réflexe contre le froid, peut être un hasard non maitrisé, toujours est il que quelques instants seulement après qu'elle fut sortie du ventre maternel, Naheli se changea en chat et se lova, en boule, contre le ventre chaud de sa mère. Celle-ci ne tarda pas à prendre elle aussi forme animale pour lécher son petit et en prendre soin. Mais elle feula quand le jeune papa fit mine de vouloir entrer dans la pièce. Personne à moins de deux mètres de son petit.
    L'ennui, c'est que le comportement trop protecteur de sa mère avait duré jusqu'aux quatre ans de Nahi. Bon, le périmètre de sécurité n'était plus si strict, mais Mehoni ne laissait pas son mari s'occuper de leur fille seul, jamais, et celui-ci en souffrait beaucoup. Lui, c'était un humain, lui, il aurait aimé pouvoir s'occuper d'elle, et ça n'était pas parce que les matous négligeaient leur progéniture qu'il se sentait forcé de faire pareil. Mais au bout d'un moment, lassé devant la vigilance constante et venimeuse de sa femme, il avait abandonné la partie.
    Quand Nahi avait eu quatre ans, sa mère était retombée enceinte. D'humeur exécrable, elle ne s'occupait plus que d'elle même, et le père de Nahi avait saisi l'occasion pour s'approprier sa fille. Nahi s'était mise à adorer son père, c'était sa manière de compenser l'amour désormais perdu de sa mère, si étouffant auparavant.
    Du moins, jusqu'à la naissance de son petit frère. A partir de cet instant, son père avait fait de son mieux pour entourer le nouveau-né d'attentions, et sa mère, trop fatiguée cette fois pour l'en empêcher, le secondait.
    Du haut de ses cinq ans, Nahi s'était retrouvée seule. Seule avec ce grand vide que ses parents ne comblaient plus, bien trop absorbés qu'ils étaient par leur vigilance constante quand à l'état de santé de son petit frère.
    Et ça n'avait même pas suffit, tout chétif qu'il était. Ce petit frère avait duré six mois. Six mois au terme desquels il avait renoncé à se battre pour la vie, parce que c'était trop dur. Et si c'était lui qui avait raison ? Maxime, son père, était inconsolable. Il s'était trop attaché à ce petit être. Au lieu de reporter son amour sur Naheli, il se renferma sur lui même autant qu'il était possible de le faire. Mehoni au contraire devint plus étouffante que jamais avec sa fille, comme pour se persuader qu'elle en avait au moins réussi un.
    Mais déjà, Nahi se méfiait. Elle avait gouté à l'affection de ses parents, elle s'était brûlé la langue, abandonnée à elle même et plus seule que jamais. Aussi accueilla-t-elle ce regain d'affection avec suspicion. De plus en plus, changée en chat, elle partait découvrir les alentours à l'insu de ses parents, ramenée de temps en temps par la peau du cou à la maison par l'autorité maternelle.
    Et puis, vers ses dix ans, Mehoni était encore tombée enceinte. Comme la première fois, Nahi s'était retrouvée livrée à elle même, mais cette fois ça lui était égal. Au contraire, elle pouvait maintenant faire ce qu'elle voulait : sa mère était trop absorbée par sa grossesse pour lui prêter attention et tout enthousiasme semblait avoir quitté son père pour toujours. C'est à cette période qu'elle commença à trainer dans les rues, qu'elle rencontra les premiers maraudeurs. Elle persistait à ne pas se lier d'amitié. Elle sentait au plus profond d'elle-même qu'eux aussi la trahiraient. Au début, c'était un jeu, c'était tellement amusant de souffler les bourses au nez et à la barbe de leurs propriétaires... Et puis il y avait ce frisson du risque. Elle, elle ne risquait certes pas d'être attrapée par ses parents qui se fichaient de ce qu'elle faisait à peu près comme de leurs premières chaussures. Mais les bourgeois au ventre rond se fâchaient drôlement quand ils s'apercevaient qu'on leur avait dérobé leur argent.
    Et puis elle s'aperçut un matin, en rentrant, que sa mère avait dégonflé. Elle avait accouché de jumelles. Pour Nahi, ça lui était égal, mais celles-ci ne moururent pas comme le petit frère chétif. Et Mehoni concentra son affection sur elles, délaissant définitivement son ainée. Celle-ci progressait nettement en matière de vol, et elle s'aperçut quand elle eut quatorze ans qu'elle s'était bel et bien laissé gagner par de l'amitié pour certains de ses camarades.
    Lesdits camarades vendirent toute la bande un soir où ils avaient prévu un cambriolage, et Nahi ne dut son salut qu'à ses réflexes inhumains. Encore une fois, ceux qu'elle aimait avaient trahi. Cette fois là et pour la dernière fois jusqu'à aujourd'hui, Nahi ne retint pas ses larmes. Elle se jura que plus jamais elle n'accorderait sa confiance à personne. Remarquée pour sa capacité à se sortir du pétrin où ils s'étaient tous fourrés, c'est à peu près à cet âge qu'elle entra officiellement dans la guilde des maraudeurs.
    C'est vers ses quinze ans que Mehoni commença à ressentir sa présence dans la maison familiale comme un danger pour les jumelles. Nahi était presque adulte, elle devenait une étrangère. Ca lui était égal, tant qu'elle avait un toit où dormir, que sa mère la considère comme un danger. Et puis, peu après ses seize ans, sa présence lui devint insupportable. Mehoni interdit à sa fille ainée de remettre un pied dans la maison. Elle sentait le danger qui émanait d'elle, et son instinct ne la trompais pas puisque Nahi s'était salie. Elle venait de commettre son premier meurtre.

    Simplement par hasard, et par nécessité. On n'avait personne d'autre sous la main à ce moment là. Elle n'était pas mauvaise en vol et cambriolage, plutôt douée même, mais rien d'exceptionnel. Quelqu'un de plut haut placé qu'elle avait jugé que sa présence n'était pas indispensable, et qu'elle occuperait mieux sa nuit à liquider un autre maraudeur, un traitre découvert parmis eux. Sans broncher, Nahi avait obéi aux ordres. Elle l'avait suivi sous forme de chat jusqu'à ce qu'il soit seul dans la ruelle. Sans un bruit, elle était redevenu humaine juste derrière lui, le faisant sursauter.

    "Nahi ! C'est toi, tu m'as fait peur."

    Avec un sourire carnassier et un regard plus coupant que l'acier, Nahi s'était approchée de lui, un poignard à la main. Le sourire de l'autre avait pali, il avait reculé jusqu'à être acculé contre le mur.

    "Tu ne vas pas... Nahi, voyons... On... on s'entend bien toi et moi non ? Tu sais, celui qui m'a engagé, et bien il... il pourait te payer aussi, il paie bien tu sais..."

    Une voix de Némésis avait alors retenti, murmure mille fois répété par les parois de l'impasse, si fort qu'il résonnait dans leurs têtes comme un cri.

    "Tu es un traitre. Le seul salaire que méritent les traitres, c'est la mort. Adieu."

    En un instant, elle avait été sur lui. Une main sur la bouche, un poignard sur la gorge, ç'avait été rapide. Il n'avait même pas eu le temps de se défendre, trop surpris pour ça. Nahi observa le cadavre se vider de son sang. Il était à peine plus agé qu'elle. Et plutôt beau garçon. Mais il avait trahi. Le coeur léger, satisfaite de son oeuvre, elle le traina un peu plus loin, dans l'ombre, se métamorphosa en chat et repris sa virée nocturne.

    Agréablement surpris par son efficacité, on lui avait confié d'autres règlements de comptes. Elle n'était pas la seule exécutrice pour le compte des maraudeurs, certes, mais elle devint vite l'une des plus talentueuses, et l'une des rares à ne presque faire plus que ça, laissant les vols de côté.

    Ca lui allait. A son sens, on avait bien moins de chances d'être coffré pour un meutre que pour un cambriolage. Si on savait s'y prendre bien sur. Pas de témoins. La victime ne risquait pas de porter plainte. Et c'était bien payé. Du moins mieux que ce qu'elle gagnait avec les vols, mais l'ennui était que cette source de revenus n'était pas régulière. Et il lui fallait un métier "officiel". Voilà comment la jeune femme s'était retrouvée à faire le trottoir, à un peu plus de seize ans. Bah, ça n'était pas si terrible. Quand elle avait plusieurs règlements de compte à peu de temps d'intervalle, elle pouvait s'en passer.

    Sa réputation fut vite faite au sein des maraudeurs. Plus que son efficacité, c'était sa froideur qui faisait jaser. Soit,, elle était sans pitié, mais les maraudeurs avaient toujours un cercle d'amis proches au sein de la guilde. Pas elle. Ni en dehors d'ailleurs, malgré les enquêtes répétées sur son compte. Fidèle à la guilde, efficace, cette petite bizarrerie était bien tolérée par le Loup Bleu tant qu'elle faisait son job sans se faire prendre.

    Mais quelque part, elle le sait, elle le sent. Elle ne peut pas tuer indéfiniment et toujours s'en sortir indemne, un jour, elle devra payer. Dans longtemps sans doute, du moins l'espère-t-elle. Pour l'instant, elle est assez douée pour rester en vie, mais trève d'illusions, ça ne sera pas toujours le cas. Et à la fin, sera le sang.



V- Capacités



  • Pouvoir(s) magiques : Se changer en chat (presque) noir, réflexes surhumains.
  • Méthodes de combat / arme : Nahi préfère le combat au corps à corps, ou du moins à courte distance, elle a une nette préférence pour les armes blanches, ainsi que ses crocs et griffes, bien que ne négligeant pas un étranglement bien placé. Mais quand il s'agit d'être efficace, elle se résigne parfois à des armes longues portées, plus sures.

  • Règlement : lu et approuvé
  • Autres :

Revenir en haut Aller en bas
Alexander Drachen
Conteur ~ Explorateur

avatar

Nombre de messages : 428
Origine : Cherches et tu trouveras...ou pas
Camp : Neutre-Mauvais à tendance indifférent

Conjoint : Ma conscience


Fiche personnage
Relations:
Capacités: Frapper avec ma jolie dague, et donner de puissants coups avec mon bras gauche, qui ne ressent pas la douleur.

MessageSujet: Re: Nahi [Terminé]   Dim 12 Avr - 20:05

Nom de Zeus !

Traduction : j'aime beaucoup ta fiche, j'ai pris beaucoup de plaisir à la lire ! Je ne vois rien de choquant, everything is okay !

Pour ma part : Validée you are !

Et comme je l'ai pas encore dit : Bienvenue et amuse toi bien ^o^
_________________
Chaque légende a sa part de réalité...
Chaque légende à son côté obscur
Chaque imprudence a son prix...


Alexander's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nahi [Terminé]   Dim 12 Avr - 20:09

cheers Waiiiiis ^^ I love you je t'aime Alexander (y'a pas de smiley n'amoureux ? ><')
Revenir en haut Aller en bas
Killian
۩ Apprenti exorciste ۩

avatar

Nombre de messages : 1043
Origine : Quelque part en France.
Camp : Instable

Conjoint : Plus personne.


Fiche personnage
Relations:
Capacités: Manger. Dormir. Hmmm euh c'est tout o_o'

MessageSujet: Re: Nahi [Terminé]   Dim 12 Avr - 21:36

Bienvenue :welcome:

(j'vais essayer de te trouver un smiley amoureux xD)

No pwoblem :3 Très bien écrit, agréable et tout et tout ^o^
Tous les assassins sont les bienvenus héhé <3

Je saurais à qui apparenter ta bestiole xD

Fiche validée, amuse toi bien parmi nous !
_________________

Un clic par ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nahi [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nahi [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost Stories :: Autres [hors RP] :: † Archives :: † Fiches archivées -