Ghost Stories

Bienvenue dans ces lieux maudits...
AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 Viens au pays des schtroumpfs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Natanakin
Esclave

avatar

Nombre de messages : 158
Origine : Devine ? <3
Camp : Pas vraiment le choix.

Conjoint : J'appartiens à toutes les belles femmes du mooonde !


Fiche personnage
Relations:
Capacités: ...foncer dans le tas ?

MessageSujet: Viens au pays des schtroumpfs   Lun 20 Avr - 17:30

[NB : le titre n'a pas (encore ?) de rapport avec le sujet <_<''] [privé]


Et un esclave en vadrouille, un. Qui se promène d'un air faussement tranquille d'une rue à l'autre, car il sait que ces lieux ne sont pas très fréquentables et qu'il n'a rien d'autre qu'un simple baton pour se défendre. Qui plus est, le soir ne va pas tarder à tomber...
Natanakin pressa le pas. Elle en avait de bonnes, la vieille, de l'envoyer se faire égorger ainsi. A croire qu'elle ne tenait pas plus à lui qu'à ses premières chaussettes sales. Il marmonait à voix basse toutes ses pensées sordides, jetant de temps à autre un regard mauvais aux alentours. Cela ressemblait un peu au quartier pauvre dans lequel il avait passé une bonne partie de son adolescence, mais cela lui paraissait cent fois plus malsain et pernicieux.

Il devait aller chercher quelque chose quelque part auprès de quelqu'un. Les indications données ne lui semblaient guère plus claires que cela. Elle lui avait répété plusieurs fois la marche à suivre, sans pouvoir le lui écrire car il ne savait pas lire. Il était arrivé près de l'appartement délabré, avait tourné à gauche... pour aperçevoir plusieurs silhouettes adossées à un mur. Il sentait leurs regard peser sur lui comme des flèches sur un arc tendu. Une fois de plus, il maudit intérieurement sa maîtresse. Ses doigts se crispèrent sur son baton, tandis qu'il empruntait la rue en évitant soigneusement de regarder les créatures en présence.

La lumière du soleil déclinait rapidement. Bientôt, l'ombre des bâtiments grignotait des portions de clarté de plus en plus grandes, et il pressa le pas. Et c'est alors que Natanakin se rendit compte qu'il se trouvait dans une impasse. Il eut un juron. S'il s'en sortait, il jurait de ne plus... non, s'il s'en sortait, il irait vite fait noyer tout cela dans un grand verre de bière.
Cette rangée de sentinelles hostiles lui hérissait les poils sur la nuque. Il devait y en avoir une dizaine. Certainement tous ensemble. Certainement tous armés. Certainement tous très sadiques.

Nul ne sait comment Shara s'en est sorti, mais il s'en est sorti, tout à fait vivant, un petit paquet dans la poche, plusieurs bleus un peu partout sur le corps, un air totalement affolé et détalant comme un lapin. Son terrier : la taverne. C'est une fois rentré et aplati contre un mur qu'il put reprendre son souffle. Nom d'un gorille en marbre sorti des fesses de sa majesté.

Quelques heures plus tard, le voilà tout joyeux qui étalait des cartes sur la table, et ramenait devant lui les pièces des trois autres joueurs. Les chopes vides s'entassaient presque autour de lui, et ses joues étaient rosies par l'alcool. Il avait cependant perdu sa veste et quelques boucles d'oreilles. Il ne pouvait pas vraiment dire qu'il avait de chance au jeu, mais peut-être ce soir, dans cette ambiance chaleureuse et alcoolisée, pouvait-il compter sur la fortune... après tout, avec sa désastreuse vie sentimentale, il ne voyait pas pourquoi il ne pourrait pas s'en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: A   Lun 20 Avr - 18:12

Bon et ben cette fois, ça y était. Elle le sentait venir depuis deux jours. Heureusement, ses "chaleurs" n'étaient pas excessivement intenses cette fois ci. Elle n'allaient pas durer très longtemps. Du moins l'espérait elle. En attendant, pour aujourd'hui, c'était foutu. Elle pouvait laisser ses attributs de maraudeuse et son sang froid au placard. Ce soir, Nahi, ou plutôt l'animal en elle, était en chasse. Pas de petites souris, non, les pauvres rongeurs apeurés pouvaient être tranquille. Non, cette fois, "elle" voulait du mâle.
Voici comment l'esprit lucide de la jeune femme voyait les choses, derrière la chatte en chaleur : quoi qu'elle fasse, elle allait pendant au moins quelque jour être bien en peine de se controler. Et elle allait probablement être irrésistiblement attirée par le premier mâle qui passerait. Alors tant qu'à faire, autant se débrouiller pour tomber sur quelqu'un de pas trop mal et de relativement propre. Où aurait elle le plus de choix ? La réponse s'imposait d'elle même, à la taverne. Au moins elle était à peu près assurée de trouver un homme potable là dedans, parmi la multitude. Et puis mine de rien, elle avait toujours de quoi se défendre si un individu peu recommandable lui en voulait.

*peu recommandable... ma grande, tu es peu recommandable, et toutes tes fréquentations quelles qu'elles soient le sont aussi...*

Un frisson parcourut sa peau. Avec un peu de chance, elle trouverait ce soir quelqu'un qu'elle aurait pu apprécier également en temps normal. Ou pas. Mais elle commençait à avoir l'habitude; elle se remettrait de ces quelques jours... Le Loup Bleu la laissait toujours s'éclipser dans ces circonstances. Il savait pertinemment qu'un agent incontrolable aurait fait bien plus de mal que de bien à la Guilde, et puis elle se rattrapait toujours à son retour par une exécution rondement menée.
D'un pas encore plus félin qu'à l'ordinaire, elle entra dans la caverne. Elle ne se controlait pas aussi bien que d'habitude, et c'était visible physiquement. Elle se déplaçait en prédateur, ses yeux étaient grand ouverts, ses pupilles clairement verticales. Elle entendait le sang battre à ses oreilles, elle était plus sensible à tout ce qui l'entourait. Elle pouvait presque apercevoir les phéromones qui flottaient dans l'air. Son coeur battit plus vite. C'était rempli d'hommes jusqu'au goulot. D'un regard rapide, elle fit le tour de la salle. Ses mouvements étaient beaucoup plus rapides et nerveux qu'à l'ordinaire, et elle ne pouvait pas toujours retenir la sortie de ses griffes. Quelqu'un claqua la porte derrière elle. Surprise, tout son corps se crispa, elle se retourna, griffes dehors, les yeux flamboyants. Mais ça n'était rien.

*Tranquilise-toi... allez, on va se trouver quelque part où s'asseoir, trouver un homme passable et s'éclipser vite fait...*

Même les purs humains ne pouvaient faire autrement que de le remarquer, Nahi lançait involontairement des signaux qui s'adressaient directement au subconscient, elle dégageait une espèce de lascivité diabolique de l'ordre du mégawatt, tout son être criait qu'elle avait besoin de...

*Mais qu'est-ce qu'il fout là lui ?!*

Sous l'effet de la surprise, elle avait provisoirement reprit le contrôle de son corps, et ses yeux eurent, l'espace d'un instant, l'air plus humain. Enfin, ceci dit, ça ne dura vraiment pas longtemps. L'esclave qu'elle avait rencontré au bal de printemps était là. Oui, celui avec lequel elle s'était envoyée en l'air, sans même le faire payer. Son esprit humain, toujours pragmatique sentit tout de suite le danger.

*Surtout pas lui. Deux fois sans payer, c'est plus une occasion, ça devient une relation. Je vais être surveillée.*

D'un autre côté, il était sans doute possible l'un des hommes les plus attirants de la taverne, et en parlant de phéromones... Son côté animal, pour l'instant majoritaire, ne voyait pas les choses comme l'humain. Là où Nahi-humaine voyait quelque chose qui pourrait devenir trop personnel, Nahi-chat voyait un mâle attirant, disponible, et de surcroit... torse nu.
Comme aimantée mais tentant de ralentir le pas, Nahi s'approcha de la table. Elle posa une main sur le dossier de la chaise de l'esclave sans même y penser, et livra à cet instant une bataille douloureuse pour s'empêcher de passer délicatement une main griffue sur son dos nu.
Elle ordonna à son corps de trouver autre chose à faire. Saisissant une chaise, elle trouva une place à son côté, adossa la chaise à la table et s'assit à l'envers dessus.

Sa jupe étant un peu plus longue et ample que l'autre fois, seules ses jambes étaient découvertes, jusqu'au genou. Néanmoins jamais une femme "bien" n'aurait eu attitude pareille. Seulement Nahi était une prostituée et elle avait en plus l'air d'être ronde comme une queue de pelle. Ce qui n'était pas plus mal. Comme ça ses chaleurs passaient pour un comportement bizarre sous l'effet de l'alcool. Lequel n'était visiblement pas étranger à la bonne mine de Natanakin.
Quand il se tourna vers elle, elle ne put retenir un sourire... carnassier. Comme toujours. Un chat affamé n'aurait pas regardé une poule avec plus d'envie. Ses yeux brillaient d'un éclat à pousser un ange au péché et son expression quand elle se mordit soudainement la lèvre aurait fait damner un saint.

- Bonsoir...
Revenir en haut Aller en bas
Natanakin
Esclave

avatar

Nombre de messages : 158
Origine : Devine ? &amp;lt;3
Camp : Pas vraiment le choix.

Conjoint : J'appartiens à toutes les belles femmes du mooonde !


Fiche personnage
Relations:
Capacités: ...foncer dans le tas ?

MessageSujet: Re: Viens au pays des schtroumpfs   Mar 21 Avr - 2:00

Très absorbé par sa partie, le jeune homme n'avait pas remarqué l'approche de la courtisane. Il venait de piocher une dame de trèfle, avec laquelle s'acoquinait un valet de coeur. Allons donc. Il maîtrisait parfaitement ce jeu depuis qu'il y avait perdu presque tous ses vêtements, il y avait quelques années de cela, lorsqu'il n'était qu'un jeune blanc-bec. Enfin, relativement blanc.
Quelque chose remua à gauche de son champ de vision. Il détourna un l'attention de ses cartes, pour tomber nez à nez avec... un visage connu. Il plissa un instant les yeux afin de se remémorer de quel coin de son esprit il pouvait bien sortir... ah, hum, le bal. Sa surprise fut témoignée par un sourcil plus relevé que l'autre, tandis qu'il caressait la tranche de ses cartes du bout de l'index.

Toujours aussi séduisante. Ces yeux de chat, ces airs félins... pas de doute, c'était bien la demoiselle du bal de printemps de l'autre monde. Son très large sourire n'inquiéta pas l'esclave, qui semblait avoir plus d'alcool que de sang dans les veines. Il se demanda cependant la raison de sa venue : regrettait-elle leurs emportements d'il y avait quelques jours ? Cela justifiait peut-être sa présence en ces lieux. Ou peut-être simplement avait-elle passé les derniers jours à se lamenter en espérant le revoir et avait-elle arpenté toute la ville à sa recherche. La deuxième option était la plus plaisante.

-Oh, je t'ai manqué ?

Il eut un sourire amusé, avant de remettre en jeu le tiers de ses gains. Il aurait bien eu envie de tâter à nouveau de ses charmes, mais il était pris par sa partie, n'avait pas de chambre à moins de rejoindre le quartier riche, et cela ne serait pas pour plaire à la maîtresse. Il recula légèrement sa chaise et tapota ses cuisses en une invitation pour la fille de joie. L'avoir sur les genoux lui permettrait au moins de sentir sa chaleur, et peut-être d'y toucher quelque peu. Exhiber pareil trophée devant les autres joueurs serait amusant, et avec un peu de chance ils seraient trop occupés par son décolleté pour se concentrer sur les cartes.

-Tu viens jouer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Viens au pays des schtroumpfs   Mar 21 Avr - 12:08

-Oh, je t'ai manqué ?

Ca n'était pas exactement les mots qu'elle aurait employé... Si même lui pensait qu'elle cherchait à le voir, alors ça allait vraiment devenir suspect... Les pièces étalées sur la table la tentaient terriblement. Les mains agiles de Nahi-humains la démangeaient. Déformation professionnelle. Les maraudeurs étaient formés aux jeux d'argents, et elle aurait probablement pu amasser un bon pactole en participant à la partie. Mais une prostituée n'était pas supposée savoir bien jouer, ç'aurait été un peu trop dangereux pour sa couverture. A peine était elle assise que l'esclave lui proposait gentiment une autre place...

*Reste à ta place, toi, le chat. Sinon je te connais ça va mal finir. Pas en public.*

Mais le chat n'était pas d'accord. D'abord, les chats adorent se blottir sur les genoux, c'est bien connu. Et puis, tout à fait subjectivement, la place était sans nul doute plus confortable. Et puis, plaidait le chat, une catin sur les genoux d'un homme qui amassait de plus en plus d'argent, ça n'était pas suspect. De toutes façons, Nahi n'avait pas vraiment son mot à dire.

-Tu viens jouer ?

Hmm et les chats adooorent jouer. Avec presque un ronronnement victorieux, Nahi fit machine arrière et s'assit en travers sur les cuisses de Natanakin. Avec un peu trop d'élan, semble-t-il, puisqu'elle faillit tomber en arrière et se raccrocha au cou de son fauteuil improvisé avec un un léger rire, en se mordant la lèvre inférieure.

*Ne joue pas à ça, le chat. Je te connais moi, ce serait bien la première fois que tu perd ton équilibre.*

Le chat à l'intérieur d'elle même lui lança un grand regard innocent et positivement hypocrite.

- Je n'ai rien à mettre en jeu, mais je vais jouer avec toi... Je peux, au moins ?

Elle assortit cette dernière phrase d'un regard aux autres joueurs. De grands yeux irrésistibles. Trop grands, beaucoup trop grands pour être humains d'ailleurs. Mais qui aurait pensé à ça dans un moment pareil ? Quelle importance ?! Nahi jeta un oeil à la partie en cours. De toute évidence, il se défendait plutôt pas mal. Inutile d'intervenir, le jeu n'en valait pas la chandelle. Elle se contenterait de jouer le porte bonheur et, à l'occasion, de déconcentrer légèrement les autres peut être.
Le chat s'en foutait. Le chat était très bien où il était et préférait se concentrer sur Natanakin. D'ailleurs le chat prit la décision arbitraire de s'étirer voluptueusement, jambes dépliées, dos cambré au possible. Elle reprit une position plus normale avec un soupir de satisfaction.

*Tu n'étais pas obligée. Je crois qu'on se serait passé d'un point de vue aussi plongeant.*
**Mrraow ?**

Vous n'avez probablement jamais discuté avec un chat. Le fait est qu'il est techniquement impossible d'avoir le dernier mot. Et puis en l'occurence le chat ne s'occupait casiment plus de l'humaine, il savait qu'il avait pleinement le contrôle de leur corps commun.

- Alors, messieurs, on joue ?
Revenir en haut Aller en bas
Natanakin
Esclave

avatar

Nombre de messages : 158
Origine : Devine ? &amp;lt;3
Camp : Pas vraiment le choix.

Conjoint : J'appartiens à toutes les belles femmes du mooonde !


Fiche personnage
Relations:
Capacités: ...foncer dans le tas ?

MessageSujet: Re: Viens au pays des schtroumpfs   Mar 21 Avr - 18:50

[pas eu le temps de trifouiller uu']



Hmm. Sentir ce joli derrière tout contre ses cuisses... et ces chairs frémissantes à portée de main... de quoi réveiller bien des instincts primitifs ! Un de ses bras vint entourer la taille de la prostituée, et sa main se posa au creux de sa hanche. De l'autre, il tenait ses cartes, qu'il lui montra.

-Seulement si tu me fais gagner.

Enfin, pour l'instant, il restait seul avec son jeu. Cette fois, il avait en main une belle paire de rois. Il n'hésita pas à pousser tout son pactole au milieu de la table, encouragé par l'alcool et les mines méfiantes des autres participants. Les pièces se doraient au gré des mouvements des flammes de la cheminée à quelques mètres d'eux; leur table se trouvait dans un coin un peu moins enfumé que le reste.
Natanakin porta sa chope à ses lèvres d'un air très sérieux.

-J'ai droit à un baiser d'encouragement, hm ?

Il glissa sa main le long de la cuisse de la demoiselle d'un air pensif. Ce tapis lui semblait assez risqué. Assez risqué pour qu'il en oublie partiellement sa compagne. En effet, sur la table trônaient déjà fièrement un as, un roi, un dix et une autre petite carte sans importance. Il ne manquait plus qu'une carte afin de savoir qui remporterait le gros lot. Un homme un peu gros, en face de l'esclave, qui n'avait cessé d'observer la nouvelle venue, sortir un valet de la pioche. Chacun abbatit son jeu... les poings de Natanakin se serrèrent de frustration : juste devant sa brochette de rois, une suite était venue avec insolence rafler la cagnotte.

Il n'avait désormais plus grand chose : de ce qu'il possédait au départ, ne lui restaient que son pantalon et trois petites boucles d'oreilles d'un métal sans valeur. Il eut un grognement : il aurait au moins aimé récupérer sa veste, car il risquait fort de devoir rester torse nu encore plusieurs semaines en guise de punition... C'est alors qu'une idée germa dans son esprit, concernant une nouvelle mise. Une mise fraiche, belle, et terriblement aguichante.

Natanakin posa une main sur chaque sein de celle qui avait eu le malheur de l'approcher, afin de les réhausser un peu et de les mettre en valeur pour l'assistance. Le visage éclairé d'un grand sourire, il annonça :

-Voilà, je mise ceci contre tout ce que j'ai perdu.

L'alcool n'était certainement pas innocent dans cette manoeuvre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Viens au pays des schtroumpfs   Mar 21 Avr - 19:31

-J'ai droit à un baiser d'encouragement, hm ?

*Oh allez, un peu de dignité, tu vas jouer à ça longtemps, le chat ?*

Mraaaow, le chat s'en fout, le chat passe ses mains autour de la nuque de l'esclave, écarte ses cheveux d'argent et dépose un délicat baiser sur sa joue. Le chat a les yeux brillants. Le chat se moque de ce qu'on pense de lui tant qu'il parvient à ses fins.
Nahi se sentait spectatrice, là dedans... Ah tiens, une pain sur sa cuisse. Elle n'y prêtait même plus vraiment attention, elle ne commandait plus son corps. Une sorte de ronronnement sourd dans le larynx de l'hybride répondit à la caresse. Sans doute trop léger pour être entendu par quelqu'un d'autre que Nahi et le chat. Bon, le chat s'occupait de l'homme, parfait, Nahi observa le jeu. Il s'en tirait bien... Elle jeta un rapide coup d'oeil au miroir placé derrière le bar et ses pupilles s'arrondirent. Aïe. Ca ne sentait pas vraiment très bon. Mais elle garda un sourire vaguement naïf aux lèvres. De toutes façons le chat se foutait du jeu, et c'était lui qui controlait la majorité de leur enveloppe physique.

Et ce qui devait arriver arriva. Le barbu remporta la mise. Nahi eut un soupir mental tandis que le chat, qui n'en avait toujours strictement rien à cirer, se tortillait un peu pour s'installer plus confortablement. C'est à peu près à ce moment là que Natanakin eut une idée digne d'un savant futur et de ses théories sur la relativité. Au moins. Le chat n'écoutait qu'à moitié, il n'était pas vraiment focalisé sur ce niveau de communication et ne fit que se crisper quand il sentit deux mains sur sa poitrine. Nahi comprit parfaitement ce qu'il dit.

-Voilà, je mise ceci contre tout ce que j'ai perdu.

S'ensuivit une brève bataille pour la possession du corps. Brève parce que Nahi avait des arguments de poids.
*Ecoute le chat, si tu me laisse pas prendre les commandes tout de suite, cette nuit c'est avec un des trois autres que tu vas la passer. Un gros, un vieux et un crade, ça te laisse le choix.*
**...**
*Et au passage s'il te prenait l'envie d'arrêter tes conneries ce serait parfait.*

Nahi reprit possession de son corps avec soulagement. Avec un sourire parfaitement hypocrite aux trois énergumènes qui la jaugeaient, elle se retourna vers l'esclave et pencha un peu la tête en avant histoire que ses cheveux de part et d'autre de son visage leur donnent un minimum d'intimité. Sa voix se changea en murmure, audible de lui seul. Et pour tout dire, franchement moins aimable que quand le chat parlait. Au moins les deux étaient d'accord sur une chose, ils étaient profondément indépendants, et se voir traiter comme du bétail n'était pas franchement valorisant.

- Tu ne peux pas me mettre en jeu pour la bonne raison qu'on ne joue que ce qu'on possède. Mais je suis de bonne humeur aujourd'hui*... Si tu me perds, je perds ma nuit, je veux un dédommagement. La moitié de l'argent si on gagne, et je suis à toi toute la nuit. Je te fais grâce de ta veste. Si on perds je m'arrange pour la récupérer et te la rendre. Avec peut être un supplément cicatrices pour m'avoir fait perdre ma nuit. Ca marche ?

Avec un sourire étirant ses lèvres charnues et des yeux presque humains et un peu trop froids, elle chercha son regard. Elle posa une main sur celle qu'il avait laissé sur sa jambe, comme pour l'enlever, mais ne la retira pas. Ils allaient gagner. Forcément. Elle ne se voyait pas passer une nuit avec l'une des trois horreurs sans la faire payer. Berk.
Elle se retourna vers les autres joueurs, un grand sourire sur le visage, l'air joyeusement alcolisée et tenant toujours le chat légèrement à distance. Elle avait besoin d'un minimum de conscience si elle voulait tourner le jeu en leur faveur. Elle chercha dans les souvenirs tout récents du chat les dernières cartes sorties. Elle saurait le jeu des autres, à quelques erreurs près, et puis le miroir était complaisant...

- Très bien, je fais donc partie de la mise. Le gagnant remporte l'or et une nuit avec moi. Et maintenant, jouons !




________________________________________
*Totalement faux, en fait c'est juste que si elle ne fait pas ça le chat fera pire d'ici peu.
Revenir en haut Aller en bas
Natanakin
Esclave

avatar

Nombre de messages : 158
Origine : Devine ? &amp;lt;3
Camp : Pas vraiment le choix.

Conjoint : J'appartiens à toutes les belles femmes du mooonde !


Fiche personnage
Relations:
Capacités: ...foncer dans le tas ?

MessageSujet: Re: Viens au pays des schtroumpfs   Jeu 23 Avr - 18:52

[Désolé pour ceux qui connaissent mal le poker x) ] [edit : me dites pas que le poker existait pas, c'est un autre monde, donc on s'en fout héhé]


-Hm. D'accord.

Un accord bien prompt en vérité : il n'avait absolument pas l'intention de la laisser repartir avec ses sous, ceux qu'il avait gagné à la sueur de son front pendant des heures interminables. D'ailleurs, il en avait bien dilapidé la moitié en bière, alors s'il donnait l'autre moitié à la catin... ça ne lui ferait plus grand chose comme argent de poche. De plus, c'aurait été comme la payer pour la nuit, et il aimait l'idée qu'il n'avait pas à payer pour ce genre de choses : elles se battaient toutes pour lui lécher les bottes (fantasme quand tu nous tiens) !
Son regard embué par les pièces et la boisson fut happé par les deux fentes verticales qui lui faisaient face. Allons bon. Tout cela était sacrément bizarre à son goût; elle lui rappelait parfois de mauvais souvenirs concernant ces félins détestables.

La partie recommença. L'homme qui était assis en face de lui mélangea les cartes, et le silence s'installa autour de la table. Le vieillard n'avait plus beaucoup de pièces, et les deux autres joueurs, sans le pactole, restaient décemment favorisés. Natanakin passa un doigt sur ses lèvres. Il ne fallait pas qu'il perde. Cette simple partie de carte avait pris des proportions un peu plus larges que prévu...

Devant lui, deux cartes, face cachée : as de pique, neuf de coeur.

En temps normal, l'esclave aurait été très tendu. Mais sa nervosité avait été noyée depuis longtemps, et ce corps chaud contre lui suffisait presque à son bonheur. Aussi ne broncha-t'il pas lorsqu'une paire de neuf accompagnée d'un valet fut étalée sur la table en guise de jeu commun. Les autres joueurs s'épiaient d'un air malveillant, et d'aucuns épiaient également les courbes de la seule femelle en présence. La mise ne pouvait plus augmenter, puisqu'elle avait été fixée dès le départ. Aussi les deux dernières cartes arrivèrent rapidement : un as, et un deuxième valet.

Les yeux du jeune homme s'illuminèrent devant une telle main. Avec ça, s'il ne gagnait pas... durant l'instant fatidique où tout allait se jouer, il y eut comme un instant de pause. Il glissa un baiser dans le cou de sa partenaire et murmura : "C'est bon, on va les écrabouiller mieux que des petites crottes de dromadaires."
Mais tandis qu'il parlait, il surprit un infime mouvement du côté des cartes du “crade”. Ah, mm, ça devait être son imagination.

Natanakin exhiba orgueilleusement son full sur la table. Les deux autres eurent une mine abbatue, tandis que le moins propre arborait un air de triomphe : carré de valets. Ce coup surprise laissa notre séduisant héros (yééé) pantois. Les yeux écarquillés, il vit l'homme attirer à lui toutes ces jolies pièces et lancer un regard grivois à SA donzelle, la sienne à lui, qu'il avait vu avant. Toute cette minuscule fortune envolée ajoutée à cet air de vainqueur le fit sortir de ses gonds. Il se leva brusquement sans se préoccuper de la demoiselle qui tomba sûrement par terre, et se jeta au cou du gagnant. Deux chaises avaient été renversées et les buveurs autours d'eux s'étaient tous retournés. Une main comprimait sa gorge tandis qu'il l'appuyait contre le mur.

-ESPECE DE TRICHEUR !

A vrai dire il n'avait pas trop cherché à savoir si c'était vrai ou non. Tandis qu'il le secouait de toutes ses forces en l'étranglant, une carte s'échappa de la manche du type malhonnête. Mais personne ne la remarqua : Shara se prit un coup de poing dans la figure, et fut envoyé quelques pas en arrière, mais il trébucha et tomba sur la table au milieu des cartes et des gains. Ivre de rage, il se remit debout tant bien que mal, et se jeta sur son adversaire. Si l'on y avait regardé de plus près, on aurait pu voir que ses yeux n'étaient plus si sombres. C'est alors que commença un joyeux désordre dans la taverne des bas quartiers...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Viens au pays des schtroumpfs   Sam 9 Mai - 17:12

[et oui, une revenante, vous ne rêvez pas... le forum est fait pour les fantomes t'façons non ? ^^]


-Hm. D'accord.

Natanakin observait le jeu avec attention. Nahi observait les joueurs. Les joueurs observaient le jeu et la fille. Le chat reprit le contrôle. Nahi le laissa faire avec un soupir; de toutes façons, ça ne changerais pas grand chose au point où on en était... Le jeune esclave avait l'air plutôt sur de lui, et vu les cartes que les yeux du chat, mine de rien, apercevaient dans le miroir, il avait assez de raisons de se sentir confiant. De son point de vue exilé aux confins de son esprit (ce que le chat voulait bien lui laisser) Nahi observait les autres joueurs qui lui lançaient de temps à autres un regarda avide. Bon, pour le gros et le vieux, ça ne se soignait pas. Si par le plus grand des hasard le "sale" gagnait, elle pourrait toujours minauder pour le trainer quelque part où elle pourrait le rendre un peu plus propre... Pff non, elle savait bien qu'elle se berçait d'illusions. Un baiser dans son cou la fit frissonner.

"C'est bon, on va les écrabouiller."

Full. Bon avec ça il était sur de gagner. Le problème des autres ne se posait plus. Le chat s'autorisa un sourire carnassier qui passait assez bien pour un sourire de potiche, avec ses yeux écarquillés. Pour le coup ils avaient certainement tous remarqués qu'elle était hybride. Ou plus exactement, ils l'auraient tous remarqué si c'était son visage qu'ils regardaient quand elle sentait un bref coup d'oeil la jauger.

Shara découvrit son full d'un air de triomphe faussement modeste, et Nahi, retenant un ronronnement, se lova un peu plus contre lui. Sauf que quelque chose n'allait pas. Pas du tout. Au lieu de l'air défait qu'ils auraient tous dû avoir, le "sale" découvrit des dents cariées en un simulacre de sourire. Ca sentait mauvais, très mauvais. Pourtant, elle avait bien vu son jeu, tout à l'heure, rien de...
Carré de valet. Mais d'où il sortait ça ?! Il avait triché, forcément, mais elle ne pouvait pas dire qu'elle avait vu qu'il possédait un jeu minable sans avouer qu'elle avait triché aussi. Oui mais elle elle n'avait aidé personne, c'était moins grave. Natanakin ne prenait pas en compte ce genre de considérations.

-ESPECE DE TRICHEUR !

Il se leva brusquement et se jeta sur le gagnant. Nahi ne dut qu'à ses réflexes inhumains de ne pas tomber par terre. Le chat était très mécontent qu'on se soit moqué de lui. Et elle aussi. Tous ses sens étaient aux aguets, le temps sembla s'être arrêté pour elle. Elle avait raté le mouvement du tricheur parce que ce foutu animal trouvait plus important de recueillir de tous ses sens les phéromones du beau mâle sur lequel il était assis. Mais elle ne manqua pas la carte qui s'échappa lentement de sa manche.
Pendant que Shara réglait son compte au sale, le vieux et le gros prenaient tout l'or qu'ils pouvaient, sans même un semblant de discrétion. Le vieux était même assez grisé pour envisager un instant de l'emporter elle aussi.

Nahi planta les griffes de ses deux mains dans la table et sourit aux deux joueurs restants sans plus aucune once de naiveté. Etait-ce le regard bien particulier qu'elle leur lança, ces crocs bien trop pointus à leur gout, cette langue rose et fine qui passa sur ses lèvres, les muscles saillant sur ses omoplates... En tout cas ils se sentirent soudain tous les deux projeté dans la peau d'un petit rongeur acculé par un prédateur muni de beaucoup trop de dents. La fille de joie leva un sourcil et avança une main vers le milieu de la table. Comme par miracle, une vingtaine de pièces sonnantes et trébuchantes réapparurent. C'est fou, le pouvoir de persuasion d'un carnivore sur des esprits faibles et embrumés par l'alcool. Sans doute les yeux immenses de Nahi étaient ils pour quelque chose dans cette sorte d'hypnose...

- Je vous remercie... Bonne soirée messieurs.

Une partie de l'or s'évapora aussitôt quelque part dans les vêtements de Nahi, qui pourtant paraissaient bien en peine de cacher quoi que ce soit, faisant déjà des efforts louables pour recouvrir un peu la peau de leur propriétaire. Mais le plus gros de l'argent alla dans un sac aimablement donné par un joueur plein de bonne volonté. Voyant que la salle se transformait peu à peu en terrain de combat, Nahi se faufila aux cotés de l'esclave (à se demander comment elle pouvait se blottir si près de lui sans prendre un coup) et murmura à son oreille.

- Je crois qu'il a son compte, on devrait peut être se tirer tant que c'est la pagaille non ?
Revenir en haut Aller en bas
Natanakin
Esclave

avatar

Nombre de messages : 158
Origine : Devine ? &amp;lt;3
Camp : Pas vraiment le choix.

Conjoint : J'appartiens à toutes les belles femmes du mooonde !


Fiche personnage
Relations:
Capacités: ...foncer dans le tas ?

MessageSujet: Re: Viens au pays des schtroumpfs   Ven 22 Mai - 12:39

L'esclave était très occupé à taper sur son partenaire de jeux, lorsque revint vers lui sa compagne. Il avait plusieurs égratignures, l'arcade sourcilière enflée, et compter ses bleus n'était même pas envisageable. Quant à son adversaire, il s'en sortait plutôt bien avec un simple oeil au beurre noir pour blessure visible.
L'atmosphère de la taverne était devenue assez joyeuse. Certains objets non identifiés volaient à travers la pièce, plusieurs tables et chaises avaient été renversées, et même les buveurs mélancoliques ou un peu trop ivres avaient commencer à s'animer. Que du bonheur.

Natanakin avait complètement oublié ses gains. Il entendit la voix lointaine de la demoiselle chat, qui lui proposait une échappée belle loin de toute cette virile agitation. Le problème était que le jeune homme avait assez bu pour prendre une sorte de plaisir sadomasochiste à frapper et se faire frapper dans une entente cordiale entre honnêtes gentilhommes : plus il recevait de coups, plus il voulait en rendre. Un cercle vicieux qui en avait conduit plus d'un en prison.

-Attends... l'est pas encore allongé par terr...

C'est alors qu'un magistral coup de poing dans son ventre plat lui coupa le souffle. Il avait négligé la préparation de ses abdos. De toute manière, quand il était soûl, il se battait comme la moyenne raclure des tavernes... A demi plié en deux, il balança son poing au hasard devant lui, qui sembla atteindre quelque chose.

Tout à coup, un gros homme fut près d'eux. Fait étrange, il paraissait sobre. Et assez furieux. Il saisit par le bras Natanakin et le sale tricheur d'une poigne de fer, et jeta sans ménagement les deux fêtards à l'origine du trouble à la porte. Le jeune homme comprendra plus tard en voyant trois ou quatre autres agitateurs flanqués dehors de la même manière qu'il s'agissait du patron de la taverne.
Il était prêt à donner la raclée de sa vie à son adversaire, mais celui-ci avait déguerpi. Assis par terre, adossé au mur avec un air légèrement hébété, torse nu, frileux et point trop lucide, ainsi gisait le glorieux damoiseau.

Un long gémissement s'échappa d'entre ses lèvres sèches lorsqu'il repensa à sa soirée :

-Et les sous ?


Et ma docile catin ? Et ma veste ? Que n'avait-il pas perdu... Heureusement, le paquet était encore dans la poche de son pantalon. Ne restait plus qu'à espérer que ça n'était pas fragile ! Il n'avait pas encore d'intention quant à la fin de sa nuit. Le fait était que réfléchir relevait certainement d'une des capacités qu'il avait noyées dans ses pintes de bierre. Pourquoi pas dormir là où il était, après tout... Il massa ses tempes douloureuses, avant de clore à demi ses lourdes paupières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Viens au pays des schtroumpfs   

Revenir en haut Aller en bas
 

Viens au pays des schtroumpfs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost Stories :: Agnosia :: Abellion :: Bas quartiers :: Taverne -