Ghost Stories

Bienvenue dans ces lieux maudits...
AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 Sur la place du village le soir... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Sora Invidia
۞ Esprit ۞

avatar

Nombre de messages : 16

Fiche personnage
Relations:
Capacités: Hmm ?? Pas grand chose ma foi :/

MessageSujet: Sur la place du village le soir... [libre]   Sam 5 Sep - 19:45

S’il est écrit que cela doit se passer comme ça, il en sera ainsi… Seigneur, c’est vous qui écrivait et, si vous l’avez décidé, qu’il en soit ainsi… Mais Seigneur… Je ne vais pas vous le cacher, et de toute façon, je ne le pourrais pas, mais il faut que je vous le dise, je vous en veux… Seigneur, je ne vous le pardonnerais peut-être même jamais… Seigneur pourquoi ? Cours… J’ai assez couru… Je ne les ai toujours pas retrouvé, ni eux, ni Lui… Alors Seigneur ? Que dois je faire ? Qu’attendez vous de moi ! Pleurnichant, je regardais le ciel, je regardais ce ciel, celui là même qui ne voulait pas de moi… Je n’ai rien fait de mal ! Pourquoi suis-je toujours ici ? Pourquoi

C’est pourquoi se dire « c’était écrit » rassure un peu… Me rassure un peu, moi, un gamin de huit ans… Un gamin qui l’était resté en des siècles et des siècles d’existence… Qui Est-ce gamin hein ? Il s’appelle… je crois… Oui, je crois qu’il s’appelle Sora… Mais je n’en suis pas sûr… Il y a tellement longtemps que je n’ai pas entendu ce nom, mon nom… Tellement longtemps… que je n’ai pas entendu leurs voix…

C’était écrit. Point final.

Mais le fait que cela soit « écrit » peu aussi ôter tout pouvoir de décision… C’était écrit est cela en sera ainsi, peu importe que l’on intervienne ou non dans les évènements… C’était simplement « écrit »… Je ne savais plus si je croyais au destin… Je ne savais plus où j’en étais. Je ne savais plus qui je devais croire. Je ne croyais même plus en moi même… Qui étais-je enfin de compte de toute façon, hein ? Personne… Sora hein ? Peut être… peut-être pas… peut être plus.

On pense souvent à la façon dont cela pourrait se passer. On tourne et tourne cette idée angoissante dans sa tête… Cela peut en écœurer certain, en effrayer d’autre… Moi quand j’y pensais, j’en était terrorisé… A l’époque, je priais pour que ce jour n’arrive jamais. Mais il est arrivé… ou enfin… presque… Disons plus ou moins. Etant donné que je suis toujours ici
Quand on y pense, ou que l’on en rêve, on change légèrement le scénario à chaque fois, mais, au fond, on ne peut se résoudre à croire que cela se produira pour de vrai, un jour… Ca n’arrive qu’aux autres pas à soi… Mais quiconque né, se doit de mourir. C’est la règle… Elle est écrite elle aussi… Depuis bien longtemps… Sinon, pourquoi mourrons nous ?

On meurt parce que cela est écrit, parce que ce que l’on nomme le « destin » l’a choisit et en a décidé ainsi. Le destin hein ? Il offre le réconfort de croire qu’il existe un ordre établi dans l’univers, et on ne lui en demande pas plus. Mais il permet aussi de gagner du temps, d’en épargner certain… Pour moi, cela n’en a pas était le cas. Je suis mort… Il y a bien longtemps… J’arpente ces rues la nuit… Et jamais le jour… Sinon les gens courts… Sinon les gens ont peur… Peur de moi, de mon apparence détestable, de ce que je suis en somme… Mais que suis-je ? Je ne suis que Sora… Un revenant ? Un « fantôme » ? Peut-être…
Le destin ? Il permet aussi d’expliquer n’inexplicable… Sinon, comment expliquer le fait que je soit toujours là si on est pourtant censés mourir pour disparaitre ? Hein ? Le destin point…

J’y croyais au destin… J’y croyais c’est tout, j’y croyais parce que j’en avais besoin…
Point.

Oh ? Il y avait quelqu’un assis au beau milieu de la grande place… Il avait les bras le long du corps et ses mains toucher le sol. Le vent, lui, jouait avec ses fines mèches brunes… Et il… regardait le ciel… C’était moi… Les lumières ternes aux tristes lueurs orangées venaient d‘être allumée… C’est à ce moment de la soirée que je me permettais de sortir… Que je me devais de le chercher… encore… Mais, je pense, non, je le sais même, j’en suis sûr, que jamais, jamais je ne le retrouverai… Seigneur… Un indice… s’il vous plait… J’ai toujours cru en vous…Mais on dirait que vous vous moquez de moi… Je suis Sora… Seigneur reconnaissez moi !! M’avez-vous oublié ? Seigneur, regardez donc en bas… Regardez… je suis là… Je suis Sora, je suis le gamin perdu…

Je commence à me sentir fou et je cris, mes pleures se mêlant aux gémissements plaintifs d‘un gamin… Je ne lâche pas ce ciel maudit des yeux… Il est gris, couvert de nuage aux eaux impures et sales, il n’y a pas d’étoiles, où alors, peut-être que je ne peut les voir… Hum peut-être… Ce ciel est si laid…

J’entendis alors un bruit derrière moi… Quelqu’un était là, quelqu’un marchait vers moi, ou en tout cas dans ma direction car je ne suis personne après tout… Je n’étais personne ? Mais pourtant j’étais là, j’existais… Je me demandais encore pourquoi j’existais et le mot « regrets » s’insinua dans mon esprit, tandis que les bruit de pas froissant les feuilles mortes couchées au sol se rapprochaient… Regret le mot le plus affreux qui soit…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby
Vagabond

avatar

Nombre de messages : 9
Camp : Le sien x)


Fiche personnage
Relations:
Capacités: Métamorphose, nécromancie

MessageSujet: Re: Sur la place du village le soir... [libre]   Dim 6 Sep - 20:08

Agnosia était vaste, plus vaste qu'il ne l'aurait cru, mais ce n'était pas ce genre de détail qui allait l'abattre, lui qui était aussi têtu qu'un caillou, et c'est peu dire. Ruby avait traversé son Monde de long en large, de travers, à l'horizontale comme à la verticale, bien que cela n'ai servit qu'à peu de chose, à part peut être a lui donner la jolie cicatrice qui barrait son front. Rien que d'y penser, la colère et la honte l'envahissaient. D'une, il n'était pas parvenu à récupérer ses pouvoirs, et de deux, il s'était lamentablement fait rétamer par son double, Lapis-Lazuli qui en avait ensuite profité pour prendre la fuite. Il ne permettrai pas une nouvelle humiliation, il retrouverai son frère et fusionnerai avec lui, de gré ou de force. Quel culot il avait eu, non seulement il le fuyait, mais en plus il avait osé le blesser... Il le regretterai amèrement.
A force de patience, et même si il était plus du genre "impatient", il parvint à récupérer des informations sur un jeune garçon aveugle aux cheveux blancs. Peut être que Lapis-Lazuli avait monté cette histoire de toute pièce afin de l'éloigner de lui le plus possible. C'était peut-être un piège. Il croisait les doigts, espérant que se soit de son frère dont il s'agissait. Il ne manquerait plus qu'il soit sur une fausse piste! Si c'était le cas, son informateur recevrait de ses nouvelles... D'après ses sources, ce garçon aurait quitté Agnosia pour le monde réel... Le monde réel? Mais qu'irait-il faire là-bas? Il n'y avait rien dans ce monde, à part des Humains...
Il se renseigna alors sur le Monde des Humains, et de tout ce qu'il entendit, c'est l'histoire d'un petit village entouré de mystères qui retint son attention, le village de St-Thomas. Ce village l'intriguait, peut être avait-il intrigué Lapis-Lazuli... Peut être pas... En tout cas, c'était une piste, ou au moins, un point de départ...

***

Il se retrouva dans une clairière, l'herbe lui chatouillait les jambes, le parfum des fleurs des champs était enivrant. C'était la fin d'après midi: le ciel était orangé, les ombres étaient démesurément longues, les derniers oiseaux traversaient les nuages cotonneux pour rejoindre leur abri nocturne. La brise fraîche du soir vint agiter doucement les branches des arbres, caressa les brins d'herbes, faisant frissonner le Nekomata. Ce dernier se souvint que dans ce monde son apparence actuelle lui attirerait des problèmes, aussi il adopta une forme quasi humaine: un jeune homme aux cheveux rouge-orangés, ses yeux brillant comme des rubis, à la peau blanche comme la neige, et possédant deux queues d'un noir de jais qu'il prit soin de dissimuler sous un long manteau sombre. La métamorphose accomplie, il se mit en marche, au loin, il pouvait apercevoir les lueurs des lampes d'un village, probablement St-Thomas.
La nuit tombait, implacable, les ténèbres envahissaient tout alentour, rien ne pouvait résister à sa sombre emprise, les oiseaux se turent, les insectes cessèrent de bourdonner.
Le monde s'endormit.
Ruby traversa les champs silencieux, et enfin, parvint à St-Thomas. Le village était silencieux, éclairé par des lampadaires précaires. Il arpenta les rues, intrigué par ce nouveau monde, curieux de rencontrer un humain. Il ne croisa que chats et chiens errants. De plus, la faim commença à le tirailler, mais nulle part trace de nourriture. Il continua sa balade nocturne sans bruit.
Il arriva sur la place du village, là, il entendit des sanglots, d'après le timbre de la voix, il en déduisit que c'était un enfant. Curieux, il s'approcha un peu plus, avant de distinguer une frêle silhouette assise par terre. Son instinct de Nekomata lui indiqua que c'était un mort, mais dans ce cas, pourquoi pleurait-il? Comment était-ce possible qu'un mort puisse bouger? Et puis, comment un mort aurait-il pu arriver là? Les morts ne bougeaient pas tout seul, sauf, bien sur si ils étaient contrôlés par un Nekomata ou par un autre être doué du pouvoir de Nécromancie. C'en était la preuve! Lapis-Lazuli était ici, dans ce village! Il utilisait ses pouvoirs pour jouer avec les morts! Enfin, il l'avait retrouvé! Excité, il parcourut à grandes enjambés la distance qui le séparait du mort, et voulut poser ses mains sur lui afin de se connecter à son frère par l'intermédiaire de son pouvoir, seulement, ses mains traversèrent le petit être. Surpris, il agita ses mains à travers ce petit corps sans consistance, sans comprendre. Soudain, l'évidence lui sauta au visage, c'était un fantôme, un simple fantôme. Il n'en avait vu que très rarement, et il était incapable de déceler par l'apparence si c'était un cadavre ou un fantôme, seul le toucher lui permettait de le deviner. Il se redressa, et de rage tourna son visage vers le ciel, un rugissement rauque sorti de sa gorge, rappelant le feulement d'un félin, on y devinait colère et frustration.
Il se détourna, et, vaincu, pour le moment seulement, se laissa tomber par terre. Assis en tailleur, il tournait le dos au petit fantôme...



[Hors RP: Bon voilà, je m'excuse de la qualité médiocre de mon post XD mais ça fait des lustres que je n'ai pas RP, je viens tout juste de m'y remettre, me pardonneras-tu? ;__; ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora Invidia
۞ Esprit ۞

avatar

Nombre de messages : 16

Fiche personnage
Relations:
Capacités: Hmm ?? Pas grand chose ma foi :/

MessageSujet: Re: Sur la place du village le soir... [libre]   Mer 9 Sep - 22:27

Regret… Le mot le plus triste qui soit… Le plus affreux pour moi… Le son même de ce mot me fait mal, je le sens qui vint fondre dans ma chair pour la faire se torde, pour l‘écorcher, pour la lacérer de l‘intérieur… C’est réellement physique. Ca fait mal. Ce n’est pas une douleur superficielle. Cela est toujours affreux de se dire que l’on a rien fait, que l’on a rien put faire… Que l’on a fuit… Que l’on s’est à peine retourné… Ca fait mal tout simplement. Pourquoi chercher à l’exprimer autrement ? La tête qui tourne, à n’en plus savoir où est le nord, l'envie de vomir au sol...Oui, qu’il y a-t-il de plus horrible que de regretter? De se dire que l’on a mal fait ?

Chaque acte entraine pourtant des conséquences, je le sais. Mais, sur le moment, cela n’est toujours pas évident, on ne sait jamais comment les événements vont tourner, et comment l’on va se sentir juste après… D’où le regret… On ne peut changer ce qui s’est passé, mais on peut au moins se sentir mal. Peut importe que cela nous hante jusqu’à la fin de nos jours, ou dans mon cas, même bien au-delà…

Ce jour là, il s’est arrêté pour moi. Ce jour là, il a choisit de se donner à la mort, et, impatiente, elle s’est empressé de venir le chercher, sous mes yeux, sous les yeux de l’enfant peureux… Parce que la mort n’a plus voulu de moi lorsque vint mon tour, je suis resté ici, là, je suis juste en bas, devant le seigneur que j‘implore jour et nuit ; sous ce ciel disgracieux. La mort m’a sourit à la face, puis elle m’a craché dessus, de son regard hautain plein de mépris et de dédain, elle m’a fait ressentir milles ans de souffrances, mais elle est partie, elle a fait demi-tour… Pourquoi ?
Je ne suis pas en vie… Je ne suis pas mort pour autant. Que suis-je ? Une âme errante… Un esprit égaré… Un enfant perdu… Qui suis-je ? Je suis Sora, je me tiens devant le ciel ombrageux, où les nuages se font de plus en plus bas, de plus en plus sombres, toujours plus menaçant… Je ne les aime pas… Ils m’empêchent de voir le ciel. Ils sont noirs et m’attristent… Comme un voile opaque se déposant devant moi, comme une barrière se dressant devant mes yeux et mon regard livide… Je ne les aime pas… Pas du tout. Ils sont laids. Ils empêchent les étoiles d’égayer le noir de la nuit. Je ne les aiment pas, il m’empêchent de voir le ciel.
Tels sont les futiles caprices d’un enfant qui voudrait d’un ciel toujours bleu…

Mais il sait, et mieux que personne, que le destin, lui aussi, à ses caprices, il suit ses envies, se moquant de l’enfant. Il a un jour décidé de lui prendre la vie, puis il a dû changer d’avis au dernier moment… Certainement… Il a dû se raviser et l’enfant n’a put que se résigner à son choix, de vivre pour l’éternité… De vivre ? Non, je ne puis appeler « ça » la vie.

Mon corps ne m’appartient plus. Je ne suis constitué que d’une enveloppe fluide, d’une certain matière, comme si j’étais entièrement fait de vide en fait. Mais ce n’est pas parce que je peux traverser les murs que cela ne me fait rien. Bien sûr, lorsque l’on est vivant, se prendre un mur n’est pas des plu recommandable. Mais qui a dit que les revenants traverser les objets sans rien ressentir ? C’est alors que je sentit une main glacé fouiller en moi. Imaginez, essayez du moins d’imaginer que l’on vous ouvre le torse pour venir y faire glisser une main aux ongles aiguisés… Que cette main se balade dans vos poumons pour ensuite venir effleurer votre cœur ?

Je ne prends pas la peine de relever la tête et commence à me dégager… Qui est-il ? Que me veut-il ? Des bruits de pas ? Oui… j’avais entendu quelqu’un approché un peu plus tôt… Oui je me souviens… Mais que s’est-il passé ensuite ? Il… il a essayé de me toucher ? Que ce passe-t-il ? Je n’ai pas le temps de comprendre ce qui m’arrive… J’entends rugir… C’est lui… Je la perçois, très nettement, la rage et la colère qu’il ne peut de toute évidence contenir… On dirait qu’il s’assit au sol… Il me tourne le dos… Que lui ai-je fait ? C’est pourtant lui qui es venu vers moi… Qui est-il ? Que recherche-t-il ? Pourquoi n’a-t-il pas peur de moi lui ? Est… Est-il… humain ? Je ne sais pas… Il m’intrigue… Je me déplace jusqu’à lui et me retrouve à hauteur de son visage, je suis debout et lui assis, je viens de passer au dessus de lui en volant. Je suis… réellement petit comparé à lui.
Je tourne mes yeux emplit de larme vers les siens. Je le questionne du regard… Celui de l’homme est arrogant… Ses cheveux pourpre sont ébouriffés. Je ne sais pas qui il est. Et il ne peut certainement pas m’aider… Mais, le destin, il a choisit de le mettre sur mon chemin. Certainement pas pour rien… Ou alors peut-être que si après tout… L’unique moyens de le savoir est celui de lui parler…
L’enfant suppliant entrouvre les lèvre pour laisser apparaître sa voix mélancolique des plus suppliante. J’ai une voix frêle, pas comme n’importe quel enfant de huit ans, non, la mienne est plus fragile que cela encore. Je n’aime pas le timbre de ma voix. Je n’aime pas m’entendre parler, quand je parle, j’ai l’impression que je vais me briser… Comme du verre… De ma voix cristalline, et sans le quitter des yeux, je lui demande alors :

« Je peux vous aider monsieur ? »


Dernière édition par Sora Invidia le Dim 27 Sep - 17:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby
Vagabond

avatar

Nombre de messages : 9
Camp : Le sien x)


Fiche personnage
Relations:
Capacités: Métamorphose, nécromancie

MessageSujet: Re: Sur la place du village le soir... [libre]   Dim 13 Sep - 16:26

La nuit s'était bien installée, son noir manteau enveloppait le monde, étouffait le bruit... Le silence régnait, rien ne bougeait... Comme si le Monde venait de mourir, comme si chacun des êtres qui le peuplent venaient de voir s'évaporer leur dernier souffle... Mais comme à chaque fois, la vie renaîtrait avec le Soleil, la Vie succéderait à la Mort, la Mort succéderait à la Vie... C'était le cycle des choses, un être mourrait et un autre venait au monde, un être naissait et un autre s'éteignait... Chaque jour avait sa nuit, et chaque nuit avait son matin. Tout avait un commencement ainsi qu'une fin, et de chaque fin naissait un renouveau...

La nuit était particulièrement sombre, aucune étoile ne brillait dans le Ciel... De gros nuages menaçants couvraient les Cieux, empêchant la faible, mais pourtant si douce, lumière des Astres nocturnes d'éclairer la Terre... Comme si le firmament tout entier avait décidé de punir les êtres du monde d'en dessous... Pourtant, Ruby n'y prêta pas attention, après tout, c'était une créature de la Nuit. De plus, le noir lui permettait de passer inaperçu dans ce village... Une ombre dans les ténèbres... En parlant d'ombre, le Nekomata ruminait avec rage et frustration sa méprise sur le petit fantôme. Comment avait-il pu imaginer une seule seconde que Lapis-Lazuli aurait contrôlé un cadavre? Juste pour s'amuser? Sa moitié était faible, bien qu'il était encore capable d'utiliser son don de nécromancie, il était trop naïf, trop innocent. Faire du mal à quelqu'un? Jamais il ne ferait une chose pareille, même si sa vie en dépendait. Profaner une tombe pour jouer avec ce qu'il y avait dedans? Non plus, il faudrait être cruel pour faire cela... Stupide... Comment avait-il pu penser que Lapis-Lazuli ait pu faire ça? Stupide.. Il avait été stupide de penser ça... Une fois de plus, il laissa éclater sa rage en écrasant son poing sur le sol. Il n'était pas stupide, lui! Le seul idiot était Lapis-Lazuli! C'était lui qui n'agissait pas comme un vrai Nekomata, Ruby était logique, lui! Après tout, ce n'était pas dans ses habitudes de penser qu'un Démon-Chat ne puisse pas faire comme les autres!

Il fulminait de colère, son bref moment d'abandon venait de disparaître, sa détermination venait de redoubler. Par réflexe, il passa ses doigts sur la cicatrice qui lui barrait le front. Il ne remarqua même pas le petit fantôme se déplacer devant lui. Il fut cependant tiré de ses pensées par une voix fragile et discrète.

"Je peux vous aider monsieur ?"

Cette voix était l'incarnation de la faiblesse, de la fragilité. Ruby méprisait la faiblesse... Le jeune enfant aux contours indécis se tenait devant lui, le visage baigné de larmes, son regard plein de questions... Il semblait prêt à se briser, comme sa voix... Faiblesse... Il était facile de deviner que ce garçon avait abandonné tout espoir, qu'il ne se battait plus, qu'il se laissait porter par les événements. Ruby trouvait cela encore plus misérable... Il leva la tête vers le petit fantôme, son regard profondément arrogant. Comment cette petit chose comptait-elle l'aider? Il était déjà incapable de s'aider lui-même, alors aider les autres, n'en parlons pas... Bah, il pouvait peut-être savoir quelque chose au sujet de Lapis-Lazuli... Et puis, il pourrait se rendre utile, il connaissait certainement mieux que lui le Monde des Humains. Et comme dit le proverbe: qui ne tente rien n'a rien.
Le Nekomata se releva, dominant le petit être de toute sa hauteur, hautain.

"Tu veux m'aider? Toi? Ne me fais pas rire!"

Il détailla le fantôme du regard, observant l'impact de ses paroles, puis reprit:

"Tu n'as peur de rien ou alors es-tu juste stupide? Tu ne sais pas qui je suis, ni même ce que je suis, et tu voudrais m'aider? Soit, dans ce cas, dis moi tout ce que tu as pu entendre au sujet d'un garçon aux cheveux blancs et aux yeux aveugles. Ensuite, tu restera avec moi, je ne viens pas d'ici, je ne sais pas comment les Humains vivent entre eux. Enfin, sache que si tu acceptes, tu ne pourra plus reculer, je ne t'en laisserai pas l'occasion..."

Ruby observait toujours le jeune garçon avec insistance, méprisant, mystérieux, arrogant...

"Si tu veux toujours m'aider, je t'offrirai une faveur, une seule, et de ton choix, dans la limite de mes envies..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora Invidia
۞ Esprit ۞

avatar

Nombre de messages : 16

Fiche personnage
Relations:
Capacités: Hmm ?? Pas grand chose ma foi :/

MessageSujet: Re: Sur la place du village le soir... [libre]   Dim 27 Sep - 17:05

Le petit Sora se tenait devant l’inconnu… Il devait lui paraître faible… Si faible… chétif, impuissant, imprudent, maladroit, naïf… Mais qu’avais-je donc à perdre seigneur ? Pff, je n’avais rien. A part peut-être mon nom. Je n’étais rien. A part peut-être moi-même… moi-même ? Non, une ébauche de ce que j’avais été serait plus exacte. Oui, cela était plus correct formulé ainsi. Alors, pourquoi avoir peur ? L’homme pourrait très bien faire de moi ce qu’il souhaitait. J’étais entièrement à sa merci. Mais, il ne pourrait me faire du mal. Il ne pourrait me toucher. Sa main ne ferait que me frôler… encore une fois… sans réussir à me tuer. Humm… Me tuer ? Perspective que je ne laissais pas de coté et qui me donnait même le sourire… un sourire niais. Dépourvu de la moindre joie, ou plutôt, dépourvu d’un « bonheur sain ». Un sourire froid… Un sourire qui n’en était un que d’apparence, un mensonge que je me faisais à moi-même… un sourire triste… Humm… Le destin ? Fruit capricieux de ce que le peuple nomme le Dieu ! Il n’obéit pas aux règles qu’il se doit pourtant de respecter ! Le fourbe !

L’homme commence à me parler ? Je relève la tête… J’ai dû baisser les yeux pendant un instant… Oui sans doute… Pff, impuissant. Ou bien stupide ? Humm… les deux. L’homme me parle d’un garçon aux cheveux blancs, d’un garçon aveugle. Que lui veut-il ? Est-il de sa famille ? Pourquoi le recherche-t-il ? Sora n’en sait rien… Je n’en sais rien. Humm… impuissant ainsi que stupide nous disions ? Et bien, nous pouvons rajouter l’étiquette « inutile » ! L’homme me propose de le suivre… Moi ? Il ne vient pas d’ici… Il a besoin d’une sorte de guide peut-être. Je… je pense que je vais dire oui… Oui je… j’ai envie de le suivre. J’ai envie de l’aider et de me rendre utile… A quelqu’un… Oui être utile à quelqu’un. Peut importe qui. Me fichant de savoir si cette personne est mauvaise ou non. La noirceur serait-elle plus douce ? Plus attirante même que la solitude ? Etre utile… J’en ressentais un réel besoin au plus profond de mon être (étant donné, que je ne puis parler de chair dans mon état actuel…). Pouvait-on alors parler de dépendance ? Mais… si c’était le cas… l’avais-je voulu ? L’avais-je souhaiter ? L’avais-je attendu ? Cette dépendance… oh oui.. Je l’avais espéré… Mais… La subirai-je ? Non… je l’avais tellement voulut… J’en avais tellement besoin, cela faisait aucun doute.

Le vent avance de sa douce chanson fluide librement… Sora Invidia, celui qui envie le ciel, aurait aimé être comme cet élément…

Et puis… le garçon aux cheveux blancs… L’homme n’a pas l’air de vouloir laisser tomber ses recherches. Je l’aiderai dans sa quête. Oui c’est ça. Je l’aiderai à accomplir cette tâche… Non… ce sera mon objectif à moi ! Parce que si je le trouve, ce garçon aveugle… L’homme, il m’offrira quelque chose. Quelque chose que je lui demanderai moi-même. Depuis quand une telle opportunité ne s’était-elle pas ouverte devant moi ? Et puis, il… il me laisserais le suivre… Cela me réjouissait, le bonheur et l’envie m’aurait fait monter le rouge aux joues, si seulement je n’avais pas été un fantôme.

Mais que pouvais lui demander ? Qu’es ce qui me faisais envie ? La mort. Mot simple est foudroyant qui révèle à lui seul mon dégoût pour le monde d’ici. Pour ce que je suis. Mon amertume pour cette longue solitude que j’endure. Mais la mort n’a pas voulut de moi, il y a de cela déjà quelques siècles… Alors pourquoi voudrait-elle de moi maintenant ? Non, il ne pourrait me donner la mort en retour de tout ce que je pourrais faire pour lui. Mais si la mort m’avait rejeté, il y avait une raison. Oh oui… Cet homme , celui de la nuit… Il fallait que je le retrouve. Il fallait que je sache pourquoi. Il fallait que… que je le tue ? Peut-être… peut-être pas. Mais comment le tuer ? Et surtout comment le retrouver ? L’homme devant moi ne m’accordera qu’une seule faveur… Oui je sais… Je sais ce que je vais lui demander… Le destin ? Il se joue beaucoup de nous, les êtres vivants, humains ou pas, il aime faire s’entremêler nos chemins, les faire se froisser, y mettre des embuches, les diviser… Le mien de chemin ? Un véritable labyrinthe. Je ne sais plus par quelle porte je suis entré, mais par contre, je sais que la sortie reste bien loin de moi… Non, elle est juste à coté… toute proche… mais… un mur de pierre nous sépare encore…

« Je serais alors votre guide monsieur. Je n’ai pourtant jamais entendu parler de ce garçon. Je ne le connais pas, tout comme je ne vous connais pas monsieur. Mais je… je ferais tout ce que je peux pour le retrouver ! Je vous le ramènerai ! »

Essouffler, les yeux humides, je reprends mon souffle…

« Monsieur… avant de vous suivre, puis je vous demander votre nom ? »


[mil et une excuse pour le retard u_u']
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur la place du village le soir... [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur la place du village le soir... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost Stories :: Saint-Thomas du Lac :: Saint Thomas, à l'agonie :: Place du village -