Ghost Stories

Bienvenue dans ces lieux maudits...
 
AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 Louise Ladescente, fossoyeuse de Saint Thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Louise Ladescente
₪ Fossoyeuse ₪

avatar

Nombre de messages : 97
Origine : Thomasienne d'adoption
Camp : Neutre


Fiche personnage
Relations:
Capacités: Faire fuir les importuns en hurlant comme une démente et donner des coups de pelle.

MessageSujet: Louise Ladescente, fossoyeuse de Saint Thomas   Jeu 26 Nov - 21:48

  • Thème :


I- Identité


  • Nom : Ladescente
  • Prénom : Louise
  • Surnom : Louison, la fille du fossoyeur, la fossoyeuse

  • Âge : 24 ans

  • Camp : Neutre
  • Origine : Louise est née en dehors de Saint Thomas, mais personne ne sait où exactement, hormis son père, qui refuse d'aborder le sujet avec qui que ce soit.

  • Race : Humaine
  • Relations : Louise vit avec son père, Marius. Elle a des contacts tout professionnels avec le croque-mort du village, et il lui arrive de parler un peu avec les commerçants chez qui elle va s'approvisionner. Il lui est arrivé de croiser Georges Thonnelier à plusieurs reprises, notamment lorsqu'il donne un coup de main au croque-mort contre quelques piécettes, mais son air rêveur lui met les nerfs à fleur de peau et elle a tendance à lui parler de manière agressive, ce qui laisse à penser qu'il ne la porte pas vraiment dans son cœur.

  • Profession : Fossoyeuse
  • Apprentie de : Marius Ladescente, son père, fossoyeur depuis son arrivée à Saint Thomas vingt-et-un ans auparavant. Aujourd'hui, il passe plus de temps à ronfler dans un coin de la chaumière familiale qu'à apprendre à Louise comment tenir la boutique. Ceci dit, ça fait longtemps que Louise sait creuser un trou.

  • Animal familier : Louise a souvent rêvé d'avoir un rat ou un corbeau qui viendraient se poser sur son épaule pour effrayer les gens qu'elle croise dans la rue et lui donner un air encore plus lugubre que celui qu'elle arbore déjà fièrement, mais elle n'a jamais mis la main sur un spécimen qu'elle pourrait potentiellement dresser. En plus de ça, elle n'aime pas vraiment les animaux.


II- Apparence physique


  • Physique : Louise est une fille un peu négligée. Il faut dire que dans son métier, on ne s'encombre pas de robes affriolantes. De façon générale, elle est mal fagotée, couverte de terre, et si ses longs cheveux blonds n'étaient pas si désespérément raides, ils seraient constamment emmêlés. En plus de sa tenue, Louise ne jouit pas d'une silhouette très féminine. Les années passées à creuser la terre et descendre les lourds cercueils dans les tombes lui ont musclé les bras, et pour combler le tout, elle est plate comme une limande. Si elle était très grande, on pourrait la confondre avec un homme, mais heureusement pour elle, elle a une taille tout ce qu'il y a de plus normale pour une femme.
    Si Louise faisait le moindre effort pour arranger son apparence, elle pourrait éventuellement être considérée comme jolie : son visage fin est éclairé par deux grands yeux bleus, son petit nez légèrement pointu lui donne un petit air taquin, et son sourire, du moins quand elle prend la peine de le dévoiler au grand public, est charmant.
    Mais tout le problème est là : Louise ne fait aucun effort.

  • Signe(s) particulier(s) : Le physique plutôt masculin et peu soigné de Louise est un signe particulier à lui tout seul.


III- Profil psychologique


  • Caractère : Louise est une jeune femme très terre-à-terre (peut-être à cause du fait qu'elle passe son temps à en pelleter). Elle n'est pas du genre rêveuse et éthérée, elle est au contraire plutôt encline à l'agressivité et la dérision. Elle est plutôt asociale, et passe plus de temps à enguirlander les gens qui osent lui adresser la parole qu'à leur sortir des mondanités. La politesse n'est pas son fort, mais elle fait un effort quand il s'agit de travail. Elle est beaucoup moins coquette qu'à une époque, en partie parce qu'elle est de plus en plus résignée quant à son avenir. Elle se sent un peu en marge de la société, mais cela ne lui donne pas pour autant une raison de se sentir plus proche des bannis et rejetés du village. En général, elle applique la règle du "ne vous mettez pas en travers de mon chemin et je ne me mettrai pas en travers du vôtre". Néanmoins, malgré son air grognon quotidien, il lui arrive de faire montre d'une bonne humeur aussi sporadique qu'excessive : elle est alors prompte aux grands éclats de rires et aux plaisanteries parfois irrévérencieuses, en particulier de la bouche d'une femme.
  • Passions/loisirs : Entre l'entretien de la maison et le travail de fossoyeuse à plein temps, Louise n'a pas vraiment de loisirs. Cependant, elle aime les fêtes comme le bal de printemps ou la nuit de la Saint Jean. Étant plus jeune, elle mettait sa robe du dimanche et allait danser, mais aujourd'hui elle se contente de participer aux jeux et s'amuser avec les autres villageois.

  • Phobies/cauchemar : Louise déteste tout ce qui a trait à l'occulte et à l'ésotérisme. Elle refuse de croire aux fantômes, même quand il en apparaît juste sous son nez.
  • Rêve/ambition :Même si elle n'en parle pas, Louise aimerait trouver un homme gentil, avec la tête sur les épaules, un commerçant ou un artisan, peut-être, avec qui elle pourrait se marier, et ainsi avoir une situation stable, et une vie un peu plus douce. Mais plus le temps passe, et plus elle sent qu'elle est condamnée à être la fossoyeuse de Saint Thomas.

  • Manies : Quand elle est dans le cimetière, Louise a tendance à s'appuyer contre sa pelle, d'un air presque goguenard que certains prennent comme une invitation à devenir son prochain client (ce qui n'attire pas les foules vers elle). En réalité, elle est perdue dans ses pensées, et ne s'aperçoit généralement même pas qu'on la regarde.



IV- Histoire


  • Passé : On raconte que Marius est arrivé à Saint Thomas le soir de Samain, sous le tonnerre et les éclairs. Sa fille marchait au devant de lui, vêtue d'une robe rouge comme le sang, et elle riait aux éclats, d'un rire démoniaque. Marius s'est avancé vers les villageois apeurés, et d'une voix d'outre-tombe, il dit simplement : "Memento mori". Le curé, qui comprit les mots de l'étranger, frissonna. "Souviens-toi que tu mourras". Lugubre prophétie d'un homme - mais est-ce bien un homme ? - qui annonça qu'il était le berger des âmes perdues, et qu'il venait à Saint Thomas pour amener les défunts dans leur dernière demeure.

    Mais tout ceci n'est que le ramassis d'âneries qui circula plusieurs mois après l'arrivée de Marius à Saint Thomas. En réalité, l'homme se présenta aux portes de la ville peu de temps après la semaine sainte de Pâques, en pleine journée. Il faisait un temps superbe pour un mois d'Avril. Louise, sa fille, qui n'avait alors que trois ans, dormait profondément dans ses bras, épuisée par la longue marche qui les avait amenés jusqu'ici. Ils étaient tous deux vêtus pauvrement, et Marius avait l'air d'être un homme effondré par le chagrin et malmené par la vie. Une fois entré dans le village, ses premiers mots ne furent pas latins - dont il ne parlait bien sûr pas un mot - mais bien français : "A boire". Il se dirigea vers une taverne et y resta toute la journée, sa fille somnolant sur ses genoux pendant qu'il s'imbibait avec application. Le soir, il avait emmené Louise dans une auberge miteuse, et le lendemain, il se cherchait un travail. Selon ses dires, il n'était qualifié en rien - mais il avait bien fallu qu'il travaille, jusque là, non ? - et comme le fossoyeur avait rejoint ses clients quelques semaines auparavant, le village fut ravi de lui confier le cimetière.

    Louise et Marius s'installèrent donc dans la chaumière attenante au cimetière, et force fut de constater que l'homme mettait du cœur à l'ouvrage. Il fut bien vite intégré au village, bien que certains ne purent s'empêcher de nourrir quelques soupçons à son égard, et pour cause : il refusait de donner son vrai nom, ou d'expliquer la raison de sa présence à Saint Thomas avec sa fille, mais sans la mère de celle-ci. Mais comme Marius était plutôt bon vivant, du moins en ce qui concernait l'alcool, il se fit vite un bon nombre d'amis de beuverie. D'ailleurs, aujourd'hui, plus personne ne sait si on l'a surnommé "La Descente" à cause de son métier (consistant à descendre des cadavres dans des trous) ou à cause de sa consommation effarante d'alcool. En tous cas, faute de véritable nom de famille, le surnom lui est resté, et Louise a fini par en hériter.

    En grandissant, Louise a commencé à se poser des questions sur sa mère et sur son lieu de naissance. Mais ses questions sont toujours restées sans réponse. La petite en était plutôt chagrinée, mais comme elle aimait beaucoup son père, elle n'insistait pas. C'est aussi cet amour qui la poussa très vite à aider son père au cimetière. Jusqu'à ses dix ans, elle s'occupait de l'entretien des tombes : jeter les fleurs fanées, gratter la mousse sur les pierres tombales, arracher les mauvaises herbes entre les tombes, passer un coup de râteau dans les allées. Puis elle décida qu'elle pouvait aussi manier la pelle, et comme son père commençait à prendre la mauvaise habitude de cuver son vin près de la cheminée de la chaumière, même en pleine journée, cette décision se révéla judicieuse pour les affaires.

    Mais peu à peu, en devenant une jeune femme, Louise changea de comportement. Était-ce dû à son père, qui ne quittait son fauteuil que pour aller se ressaoûler à la taverne ? Ou peut-être au fait qu'elle se voyait vieillir sans opportunité de se marier et quitter le cimetière ? Ou simplement avait-elle fini par préférer la compagnie des morts à celle des vivants ? Toujours est-il que Louise devint plus aigrie, plus ronchon. Il n'était pas rare de la voir tenter d'effrayer un mioche aventureux ou de l'entendre enguirlander un humble commerçant dont les prix ne lui convenait pas.

    Aujourd'hui, elle est officiellement apprentie de son père, mais tout le monde sait que c'est elle qui fait tourner la boutique, en plus d'entretenir son père. La vie de Louise semble toute tracée, morne et triste. Parfois, elle se prend à rêver que quelque chose ou quelqu'un vienne tout chambouler... Mais elle revient vite à la réalité, crache dans ses mains, et se remet à creuser.



V- Capacités



  • Pouvoir magique : Faire peur aux importuns en sortant de la chaumière en hurlant et en agitant les bras comme une damnée. Résultat : un taux de profanation de sépultures qui a chuté de 80%. Oh, et les gamins de Saint Thomas vont faire leurs séances de "cap' ou pas cap'" ailleurs.
  • Méthodes de combat / arme : Louise a assurément un bon coup de pelle, mais elle s'en sert rarement.

  • Règlement : Lu et approuvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.amld.fr
L'Oracle
۞ Maître du jeu ۞

avatar

Nombre de messages : 238
Origine : Près du grand saule, au cimetière, peut-être...
Camp : Pour le bien de ce monde


Fiche personnage
Relations:
Capacités: J'ai tous les pouvoirs ! Hahaha tremblez pauvres mortels !!

MessageSujet: Re: Louise Ladescente, fossoyeuse de Saint Thomas   Ven 27 Nov - 1:00

Bienvenue à toi :3

Cela me fait plaisir que tu aies utilisé des références au calendrier et aux idées de personnages ! J'ai l'impression de servir à quelque chose *sort*

"un taux de profanation de sépultures qui a chuté de 80%" xD ça sent la filière économique xD

Bon j'arrête d'écrire des trucs en petit uu'

Tout est parfait, amuse toi bien parmi nous jeune thomasienne <3

Fiche validée !

edit : je viens de me dire que l'Oracle et toi êtes voisins... l'Oracle habite à côté du cimetière ! x)
_________________
Je dois guider vivants et mort sur leur voie...

Bonjour Invité ! Je veille sur toi aussi ! Et je sais qui tu es *__*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Louise Ladescente, fossoyeuse de Saint Thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost Stories :: Panneau d'affichage [hors RP] :: † Personnages :: † Personnages validés -